Ciryl Rosy rêvait de la D1

Ciryl Rosy rêvait de la D1

Sébastien Sterpigny – Publié le mardi 24 septembre 2019

Le joueur de Rebecq n’a pas été épargné par la malchance durant sa carrière.

Ce mardi, Rebecq va écrire une nouvelle page de son histoire en affrontant le Cercle de Bruges en 1/16e de finale de la Coupe de Belgique. Une rencontre historique que les joueurs attendent avec une certaine excitation. « Tout le monde est content d’avoir pu décrocher ce match face à une D1, même si rêvions d’une affiche plus alléchante et d’un match devant plus de supporters. Mais affronter une équipe comme le Cercle, ça reste quelque chose d’exceptionnel« , débute Ciryl Rosy.

Même si les Brugeois ne sont pas l’affiche rêvée par les Rebecquois, jouer dans le Jan Breydelstadion sera certainement impressionnant. « Ce n’est pas tous les jours qu’on peut jouer dans un tel stade. Ce sera un grand plaisir pour tout le monde. »

Thierry Demolie, le président de Rebecq, estime à 5 % les chances de voir son équipe se qualifier. Même si la tâche s’annonce ardue, Rosy et ses équipiers se verraient bien forger l’exploit. « Si nous n’avons pas réussi un début de championnat idéal, le brin de réussite nous a toujours souri lors de nos matchs de Coupe de Belgique. Si ce brin de chance est avec nous, tout est alors possible. »

Affronter une équipe de D1, c’est quelque chose que Ciryl Rosy aurait pu réaliser au quotidien. Malheureusement, alors qu’il pensait enfin intégrer le football professionnel, il a été frappé par le destin en vivant consécutivement les faillites du FC Brussels et de Mons. « J’avais intégré le noyau A du FC Brussels juste avant la faillite du club. J’ai ensuite évolué un an avec la réserve de Mons pour intégrer le groupe pro la saison suivante et même disputer les 12 dernières rencontres de la saison. Je devais recevoir un contrat pro pour la saison suivante mais un mois plus tard, le club était mis en faillite. C’est frustrant car j’ai goûté au monde pro mais ça s’est arrêté trop vite. »

Aujourd’hui, la D1 est loin pour le joueur de Rebecq. « Je me donne à fond lors de chaque match pour peut-être un jour recevoir une nouvelle chance. »

 

Son papa a failli jouer la Coupe de Belgique

Parmi les 250 supporters rebecquois qui feront le déplacement jusqu’à Bruges, on retrouvera Guy Rosy, le papa de Ciryl. Ancien joueur de Walhain, il aurait lui aussi pu connaître un match de Coupe de Belgique au… Club de Bruges. C’était en 1987. « Malheureusement, j’avais décidé d’arrêter le foot en juin alors que ce match a eu lieu deux mois plus tard. J’avais toutefois assisté à cette rencontre en tant que supporter », explique Guy Rosy, qui a donc échappé à cette solide défaite 13-0 des Walhinois, alors pensionnaires de deuxième provinciale.

Le papa espère un résultat moins sévère pour Rebecq et son fils, qu’il suit à tous ses matchs. « Ce sera une belle expérience pour Ciryl et je suis fier de le voir jouer dans ce stade. C’est une nouvelle étape dans notre tour de la Belgique que l’on fait ensemble depuis tant d’années. »