«Profitons de l’instant présent»

«Profitons de l’instant présent»

Publié le 18/12/2018 – Interview : Romain IZZARD

Avec 31 points, Rebecq fait aussi bien que la saison dernière… à 13 matches de la fin du championnat. Une moyenne de candidat à la montée. Mais Thierry Demolie reste réaliste.

Thierry Demolie, votre objectif était de faire mieux que la saison passée. À moins d’une gigantesque catastrophe, les 31 points seront dépassés. On imagine que le président est heureux…

C’est certain que le club vit des bons moments pour l’instant. On a terminé la saison dernière dans le stress, en n’assurant notre maintien qu’à trois journées de la fin. Il a fallu calculer jusqu’au bout. Cette saison, je ne pense pas qu’on devra sortir la calculette!

Il a fallu tout reconstruire, ou presque, avec un nouvel entraîneur, Frédéric Stilmant, et un effectif remanié. Comment s’est déroulée la transition?

La période des transferts a été un peu particulière. Quatre ou cinq joueurs qui nous avaient donné leur parole nous ont laissés tomber. Il a fallu trouver des solutions un peu dans l’urgence. Vous savez, je fais ça avec mes moyens et mes connaissances, mais on n’avait pas de manager sportif à l’époque (NDLR: c’est Matthew Verhaeren, ancien capitaine, qui occupe ce poste aujourd’hui) ni un réseau vraiment étoffé de joueurs. Les joueurs qui sont arrivés, je ne les connaissais pas, mais Frédéric Stilmant bien. Et il faut bien admettre qu’ils ont été payants.

Frédéric Stilmant, au même titre que ses joueurs, s’est rapidement mis dans le moule rebecquois.

Il n’arrivait pas dans l’inconnue non plus. Il connaissait bien Sam (Remy), son T2. Je l’ai connu à Tubize et il a aussi un peu travaillé pour moi. Il a son style, qui correspond bien à Rebecq. Sérieux quand il le faut, mais pas de trop. C’est une belle expérience pour lui. J’espère qu’il restera avec nous le plus longtemps possible. Mais il a les capacités pour entraîner bien plus haut, j’en suis certain.

Un cran plus haut, c’est la D1 amateurs. Il existe une opportunité de monter via le tour final. Est-ce envisageable pour le club?

Restons les pieds sur terre: on n’a pas les moyens ni les infrastructures. Rebecq n’a pas un budget plus élevé que la saison passée. On peut s’amuser en participant au tour final. Mais je ne regarde pas vraiment à cela pour l’instant. Nos supporters, peu nombreux certes mais fidèles, s’amusent bien et voient de beaux matches. Alors, profitons de l’instant présent. Car cela peut vite tourner en football.