Le collectif rebecquois fait la différence à Waterloo

Le collectif rebecquois fait la différence à Waterloo

Publié le  lundi 12 décembre 2018 –  Olivier TALMAS

Comme c’est le cas depuis le début de la saison, les Waterlootois n’ont pas répondu à l’attente lorsqu’ils rencontrent un concurrent direct.

Waterloo B 0 Rebecq B 4

Arbitre: Redouan Touzghar

Cartes jaunes: Deliens, Van Deun

Buts: Heylen (0-1, 19′), Charrite (0-2, 68′), Heylen (0-3, 71′), Buyl (0-4, 83′).

WATERLOO: Colin (73′ Leruth), Van Der Ween, Van Deun, Thirion, Kalombo, Sahraoui, Zolli (60′ Abdouramane), Bathily, Deliens (73′ Bah), Gueye, Eboko.

REBECQ: Devuyst, Parello, Seghers, Meuret, Delvaux, Gillis, Ramioulle, Charrite (78′ Buyl), Vermeere (70′ Chrispeels), Heylen, El Marini (50′ Ophals).

Le suspense a duré une mi-temps dans ce match au sommet, même si Rebecq rentrait déjà avec un avantage d’un but au repos grâce à un but signé Heylen. «Waterloo avait la possession du ballon mais notre gardien n’a pas eu de travail, analyse le coach visiteur, Luigi Bruno. Le changement opéré en début de seconde période a été positif et on est passé au-dessus.»

Charrite et Heylen, d’un superbe retourné, ont plié la rencontre en trois minutes (0-3 à la 71′) et Buyl a donné au score son allure définitive. «Un résultat logique car si les joueurs adverses nous étaient supérieurs individuellement, le collectif a fait notre force. Gagner chez le troisième avec un noyau essentiellement composé de jeunes joueurs, peu d’équipes le feront. On réalise une bonne opération et je dis chapeau aux vingt-et-un joueurs de mon groupe.»

Owona: «C’était un vrai cirque»

Les Waterlootois avaient jeté les bases de cette défaite en semaine. «C’était un vrai cirque, ironise le T1, Yonnick Owona. Chaque fois qu’on rencontre un adversaire direct, on laisse passer notre chance. Contre Uccle et Braine, on n’était que quatre à l’entraînement. Cette fois-ci, on était six. On a été dans le match pendant dix minutes, puis on a encaissé avant d’exploser. Rebecq était premier sur le ballon et on n’a rien à revendiquer.»

Waterloo compte six points de retard sur Braine et Rebecq «mais on est toujours dans le chapeau de tête. Il faudra réagir dès dimanche à Rixensart et espérer un faux pas des deux premiers.»